Élevage

Des exportations de broutards stables en début d’année

Extrait de la note de conjoncture viande bovine Agreste.

En mars 2017, les abattages totaux de bovins se maintiennent quasiment au niveau de 2016 (-0,5 %) mais reculent de 1,4 % en poids. Les cours des gros bovins progressent alors que ceux des veaux de boucherie restent en deçà de 2016. En février 2017, les exportations de broutards sont stables par rapport au niveau de février 2016. La production de bovins finis est en léger repli (-0,8 %) par rapport à 2016. Les exportations et les importations de viande bovine sont en retrait, en poids, respectivement de 12,5 % et 10,4 %, en glissement annuel. La consommation apparente de viande bovine recule.

Abattages : Quasi stabilité des abattages totaux de bovins

En mars 2017, avec plus de 394 000 têtes, les abattages totaux de bovins, corrigés des variations journalières (CVJA), sont quasi stables en têtes par rapport à 2016. En poids, ils sont en repli de 1,4 %. Sur le premier trimestre, ils sont en retrait de 2,3 % en têtes et 3,2 % en poids. En mars 2017, avec près de 191 000 têtes, le nombre de bovins femelles de plus d‘un an abattus dépasse de 2,7 % le niveau de 2016. Le poids moyen des vaches abattues recule, passant de 359 kg/ carcasse en 2016 à près de 355 kg/carcasse. Sur la période, le cours moyen des vaches de type “O”, continue à progresser, retrouvant la courbe d’évolution saisonnière de ces dernières années. A 3,18 €/kg carcasse, il dépasse de 2,4 % le cours moyen de mars 2016. Néanmoins, il est inférieur de 4,8 % au cours moyen de la période 2011-2015.

En mars 2017, les abattages de taurillons (CVJA) sont en retrait de 5,8 % en têtes et 6,1 % en poids par rapport au niveau de 2016. De plus, ils se situent nettement en-dessous de la moyenne des abattages des mois de mars de la période 2011-2015. A 3,77 €/kg carcasse en moyenne sur le mois de mars, le cours des jeunes bovins de type “R” progresse et dépasse de 0,7% le niveau de mars 2016. Il atteint le cours moyen de la période 2011- 2015. En mars 2017, les abattages de veaux de boucherie se redressent par rapport au mois précédent. Avec plus de 110 000 têtes (données CVJA), ils restent néanmoins en-dessous de mars 2016 (-1,7 %). En poids, ils sont en repli de 1,4% . Sur le même mois, à 5,90 €/kg carcasse, le cours moyen des veaux de boucherie est en repli de 4,3 % en glissement annuel et de 6,3 % par rapport au cours moyen des mois de mars de 2011-2015.

Production : des exportations de broutards au niveau de 2016

En février 2017, avec 384 000 têtes, la production de bovins finis est en léger retrait (-0,8 %) par rapport à 2016. Les abattages totaux de bovins sont en repli de 1,5 %, ceux des bovins mâles sont en retrait de 5,4 % et ceux des veaux de boucherie de 1,9 %. Sur le mois, les exportations totales de bovins finis sont supérieures de 34 % à 2016. La hausse concerne aussi bien les ventes au sein de l’UE que celles vers les pays tiers.

Avec plus de 89 000 têtes, les exportations totales de bovins maigres se situent au niveau de 2016. Sur le mois, les ventes de broutards lourds (+ de 300 kg vif) progressent de 3,6 % alors que celles de broutards légers (entre 160 et 300 kg vif) reculent de 8,8 %. L’Italie, principal débouché de la France pour les achats de bovins maigres lourds, a augmenté ses achats de 4,4 % soit + 2 800 têtes. Les ventes vers l’Algérie ont augmenté de près de 3 000 têtes et concernent également des bovins lourds. Au total, en février 2017, la production totale bovine s’établit à près de 489 000 têtes, soit quasiment au niveau de 2016.

En mars 2017, le cours du broutard a fortement augmenté par rapport au mois précédent au-delà de la hausse moyenne saisonnière des cours en début d’année. A 2,77 €/kg vif, le cours moyen du broutard Charolais rejoint ainsi le niveau de 2016 et dépasse de 2,4 % le cours moyen des mois de mars de la période 2011-2015. En février 2017, l’indice Ipampa des aliments pour gros bovins est inférieur de 1 % au niveau de 2016.

Consommation : en février, nouveau recul des exportations de viande bovine

En février 2017, avec près de 17 000 téc, les exportations de viande bovine sont en repli de 12,5 % par rapport à 2016. Les ventes sont en repli vers les principaux clients : -7 % vers l’Italie, -15 % vers l’Allemagne et -13 % vers la Grèce. En valeur, les exportations totales sont en retrait de près de 12 %. Les importations de viande bovine reculent en février 2017 de 10 % pour atteindre près de 25 000 téc. En valeur, elles sont inférieures de 5 % à 2016. Le repli concerne tous les partenaires de la France : – 2,2 % en provenance des Pays-Bas, -11 % d’Allemagne et – 15 % d’Irlande. En février avec 125 000 téc, la consommation apparente de viande bovine est en repli de 2,5 % par rapport à 2016 et de 3,5 % par rapport à la consommation moyenne des mois de février de la période 2011-2015.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer