Economie, marchés et gestion

Négociations commerciales : l’attente d’un prix du lait rémunérateur

Depuis un mois, transformateurs et distributeurs n’avancent pas dans les négociations pour déboucher sur un prix du lait payé au producteur plus équitable au regard des signes positifs du marché.

Chaque jour, des producteurs et productrices s’interrogent sur l’intérêt de poursuivre la production de lait au regard de la rémunération qui leur est proposée. « Nous sommes dans un moment crucial pour le prix du lait, les négociations commerciales entre les transformateurs et les distributeurs. Depuis un mois ils se renvoient la balle sur l’absence d’avancées pour un prix équitable au producteur au regard des signes du marché (pénurie de beurre). Cela suffit ! De qui se moque-t-on ? », lancent les membres de la FDSEA 22 et des JA 22 dans un communiqué daté du 22 février.

En France, la baisse du prix du lait est toujours automatique alors que sa hausse est toujours hypothétique. Les indicateurs de marché disent que le prix du lait de 2017 devrait tendre vers son niveau de 2014. « On en est loin aujourd’hui. Il faut que l’alignement sur le prix toujours le plus bas cesse. Que les transformateurs et distributeurs donnent le prix moyen annuel au producteur sur lequel ils ont négocié. La Loi Sapin 2 les y oblige, nous sommes prêts et mobilisés pour la faire respecter. »

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer