CulturesProductions Agricoles

Scan Bean, une aide anti sclérotinia

Pour garantir une protection maximale contre la maladie, un nouvel outil d’aide à la décision sera disponible pour les producteurs en 2017.

Le sclérotinia sclérotiorum est une maladie très préjudiciable pour les haricots, flageolets, pois de conserve, ainsi que pour d’autres cultures. Le sclérote, forme de conservation de la maladie, se conserve dans les sols, plusieurs années (15 ans et plus). Après une période de vernalisation le sclérote germe et libère des ascospores qui se déposent sur les fleurs de la plante. Les pétales qui ont une durée de vie très courte, de 3 jours, restent parfois collés sur la plante, et transmettent ainsi la maladie. Cette dernière entraîne une dégénérescence des feuilles, des tiges et des gousses pour arriver jusqu’à la destruction de la plante.

Pour lutter efficacement contre la maladie, le positionnement du Switch en T1, au stade bouton blanc du haricot, est complété par un deuxième passage une huitaine de jours plus tard. L’outil Scan Bean permet de décaler, voire de supprimer cette deuxième intervention.

Plus d’informations pour plus de précision

Démarré en 2009 sur culture de colza, Scan Bean a été développé pour répondre au marché des légumes industrie. « Les tests de 2012 avec l’Unilet sur 200 parcelles, puis l’affinage des paramètres en 2014, aboutissent à des résultats très satisfaisants. Peu d’échecs sont enregistrés, estimés à seulement 5 %. L’outil se précise », confie Laurent Tasset, ingénieur conseil en cultures légumières chez Syngenta. Les essais menés l’année dernière, en comparaison avec une conduite classique basée sur les habitudes de protection menées par les producteurs, ont permis l’économie d’un traitement dans plusieurs cas.

L’outil fonctionne grâce à des renseignements apportés par le producteur. « Il indique sa culture, la variété semée, ainsi que les précédents culturaux des 9 dernières années pour calculer le risque parcellaire. L’agriculteur recevra ensuite une estimation de la date de début de floraison par SMS, environ 5 jours avant cette date réelle. Le producteur entre enfin la date de début floraison observée, Scan Bean donne alors un pourcentage de pétales contaminés », explique le spécialiste. Des prévisions à 3 jours sont fournies par l’outil, afin de piloter au mieux la protection. Une fois la première pulvérisation effectuée, la persistance d’action des molécules est de 8 jours. « L’outil va alors décaler ou même supprimer le deuxième passage, tant que le pourcentage de pétales contaminés reste en dessous du seuil d’intervention ». Scan Bean sera disponible l’année prochaine pour les cultures de haricot et de flageolet.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer