FinistèreMachinisme et équipements

Dompter les chevaux sous le capot

L’association Aile, en partenariat avec la fédération des Cuma, organise des sessions de passage au banc de puissance pour mesurer la puissance réelle développée par le tracteur.

À la Cuma Ar Bodou de Plouzané, le passage des tracteurs au banc de puissance est un rendez-vous pris chaque année. Puissance réelle, consommation suivant le régime moteur, tout est enregistré et un compte-rendu précis est remis à l’utilisateur. « Le passage au banc est essentiel pour apprendre à connaître son tracteur. Son utilisation est ensuite optimisée : nous savons à quel régime moteur travailler pour avoir le meilleur compromis puissance/consommation de carburant », explique Laurent Philipot, vice-président de la Cuma, équipée d’un tracteur avec chauffeur. Voilà plus de dix ans qu’ils utilisent le service.

Couple maximum à 1 400 tours

Plusieurs régimes moteurs sont mesurés lors du passage. « Sur notre tracteur, le couple maximum est obtenu à 1 400 tours/minutes. Trop souvent, l’utilisateur a tendance à monter ce régime moteur au champ, or une petite vitesse avec un régime élevé augmente la consommation par 3 », note le Finistérien. Sur le tracteur Case de la Cuma, 146 ch sont déterminés à 1 750 tours/minute, soit la puissance maximale du tracteur. « Le couple mesuré est alors de 587 newtons mètres Nm. À 1 900 tours/minute, l’engin consomme 1 L de carburant de plus par heure, avec une baisse de 15 ch de puissance et 60 Nm de couple. Nous avons donc tout intérêt à connaître ces valeurs, car l’unique tracteur de la Cuma travaille 1 000 heures par an ». Laurent Philipot conseille de faire évaluer son tracteur 2 à 3 fois pendant sa vie. « Les injecteurs s’usent, les données sont alors changées ».

Mesurer la surpuissance

La surpuissance d’origine constructeur installée sur les tracteurs ne peut être mesurée. « Pour cela, il faut une rotation des roues. Le banc d’essai se fait à l’arrêt. En revanche, les boosts ajoutés par une carte électronique additionnelle peuvent être quantifiés, en branchant ou débranchant cette carte », précise Boris Moal, de la fédération départementale des Cuma du Finistère.

Tracteur neuf ou de cour de ferme

Peu importe l’âge de l’équipement ou sa fonction, le banc se révèle toujours utile. « Que ce soit pour des tracteurs neufs, afin de vérifier les données constructeurs, ou pour des engins plus anciens, le banc est un bon outil. Il est même plus intéressant pour des tracteurs de cour, qui font généralement plus d’heures », estime le vice-président. Les problèmes de consommation de carburant sont immédiatement décelés. « Si nous consommons un plein  habituellement toutes les 20 heures de travail, et tombons à 15 heures, le banc saura déceler le problème ». Fanch Paranthoën

Lieux et dates de passage

Le diagnostic des tracteurs se fera aux dates et lieux suivants, inscription auprès de Boris Moal au 06 31 64 59 24.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer