Dossiers

Une offre de tracteurs toujours plus grande

Optimiser sa consommation de carburant

« Réduire sa consommation de carburant sur l’exploitation contribue à diminuer ses charges de mécanisation », déclare Jean-Marc Roussel, animateur machinisme à la fédération des Cuma Bretagne Ille Armor. Pour y parvenir, il conseille tout d’abord de commencer par diagnostiquer son parc de tracteurs au banc d’essai moteur. Ensuite, diminuer la profondeur de travail et le nombre de passages par culture. « Il faut aussi bien entretenir son matériel et raisonner ses déplacements sur route ; des choses qui semblent logiques mais qui ne sont pas toujours appliquées sur le terrain. »

Des essais ont été réalisés sur la consommation de différents tracteurs
Des essais ont été réalisés sur la consommation de différents tracteurs avec différents type de transmission.

Le tracteur de 145 ch,  variation continue  meilleur compromis

« Le transport de fumier, lisier, grain, ensilage représente environ 40 % du temps de déplacement et une distance parcourue d’environ 2 500 km pour une exploitation de 64 ha, 300 000 L de lait en système prairie-maïs-céréales », indique Jean-Marc Roussel (source : projet Ecofuel-Station des Cormiers). Le réseau Cuma crée des références, en réalisant des essais de consommation de carburant. Les objectifs de ces essais sont de mesurer l’incidence de la consommation de carburant au transport en fonction : du type de boîte de vitesse (variation continue/semi-powershift), de la vitesse maximum, de la puissance et du type de technologie moteur.

Consommation par puissance et type de transmission
Consommation par puissance et type de transmission

« Des essais ont été réalisés en Mayenne dans une Cuma. Le trajet était de 8 200 m présentant quelques pentes de 6 à 7 % maximum. La consigne donnée au chauffeur était de conserver la même vitesse et le même type de conduite. Les différents tracteurs étaient équipés d’un lestage (masse avant) de 500 kg et attelés à une tonne à lisier Armor de 15 000 litres. Le poids des ensembles variait de 31 à 32 tonnes. Cinq tracteurs de marque Massey-Ferguson ont été utilisés pour réaliser cet essai : MF 7465 en variation continue (127 ch), MF 7480 en variation continue (146 ch), MF 6480 en semi-powershift (152 ch), MF 7620 en semi-powershift (196 ch) et MF 7499 en variation continue (223 ch). » Pour le même travail, le tracteur de 145 chevaux en variation continue est le meilleur compromis. L’impact de la technologie Tier 4 est intéressante car la consommation du tracteur de 196 ch équipé du moteur Tier 4 est moindre que celle du tracteur de 152 ch avec un moteur Tier 3 (voir tableau). « Mais, il y a tout de même l’impact du surcoût de l’AD Blue sur le coût carburant qui est non négligeable », ajoute Jean-Marc Roussel. Nicolas Goualan

Mots-clés

Peut vous intéresser

Lire aussi...
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer