Revisiter la protection des cultures à l’échelle du système

15266.hr - Illustration Revisiter la protection des cultures à l’échelle du système

L’achat et l’application de phytosanitaires sont désormais conditionnés, en plus du Certiphyto, à la réalisation de 2 conseils stratégiques sur 5 ans. Ce conseil est l’occasion de faire l’état des lieux et de dresser des perspectives de l’usage des produits phytopharmaceutiques dans l’exploitation et son environnement. Le conseil dispensé par un technicien indépendant des activités de commerce de phytosanitaires débute par un diagnostic des pratiques de l’exploitation en matière de protection des cultures. Il identifie le contexte agronomique local, les problématiques techniques et réglementaires. Le diagnostic quantifie l’usage annuel de matière active par culture de l’exploitation comparé à la moyenne des pratiques régionales connues. Ce point d’étape est également l’occasion d’un rappel sur le classement toxicologique des molécules employées, l’importance des bonnes conditions de stockage et d’application et les perspectives de réduction d’usage de certaines matières actives employées. L’objectif de l’échange entre le technicien et l’exploitant est de définir conjointement une feuille de route stratégique qui tient compte des spécificités de la ferme et de son environnement, ainsi que les évolutions réglementaires attendues (retrait de matières actives, zones de non-traitement…). Le plan d’action matérialisé par le conseil stratégique, identifie les leviers agronomiques et techniques qui pourraient raisonnablement être mis en œuvre par l’exploitant pour diminuer l’impact et l’usage des produits phytosanitaires. Complémentaire du conseil spécifique Qu’elles soient chimiques, mécaniques, naturelles (biocontrôle), les solutions curatives apportées par le conseil spécifique à la parcelle sont nécessaires mais elles ne suffisent plus toujours à gérer des adventices, maladies ou ravageurs problématiques. Une réflexion agronomique plus large s’impose et le conseil stratégique doit contribuer à la mise en œuvre ou au renforcement de cette démarche.   La gestion du volet sanitaire est d’abord une logique de système de cultures : successions végétales, façons culturales, dates et modalités de semis, variétés et associations de plantes… sont les…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article