Politique et Syndicalisme

Quatre mesures d’urgence toucheront le secteur agricole

Le ministre de l’Agriculture a annoncé en conférence de presse le 16 mars les mesures contenues dans le Plan de résilience. Pour les carburants, en sus des 15 ct/L de remise à la pompe déjà annoncés, les agriculteurs bénéficieront d’un remboursement anticipé de la TICPE 2021 (attendu habituellement en juin), et sur demande d’un acompte de 25 % du remboursement de la TICPE 2022, à partir du 1er mai. Le secteur agricole sera par ailleurs éligible à l’aide dédiée aux entreprises consommatrices de gaz et d’électricité (plus de 3 % de leur chiffre d’affaires) et déficitaires en 2022. Des aides ciblées toucheront les élevages « fortement dépendants en aliment du bétail ». Une enveloppe de 400 M€ y sera dédiée. L’enveloppe dédiée à la prise en charge des cotisations sociales sera abondée de 60 M€ en 2022.

Le Plan de résilience contient quatre mesures « additionnelles ». Ce 18 mars, une réunion est programmée pour « entamer sans délai de nouvelles négociations commerciales », afin notamment de « mettre en œuvre les mécanismes d’indexation, de renégociation et du cadre des pénalités logistiques ». Concernant les engrais, un « plan de sécurisation » de l’approvisionnement est annoncé, pour assurer la campagne d’automne. Par ailleurs, plusieurs plans (ou leur renforcement) sont annoncés « pour accélérer les transformations de long terme »: un « plan souveraineté azote » ; le « renforcement du plan protéines végétales » ; le « développement d’un plan de souveraineté énergétique, agricole et alimentaire pour accélérer les énergies renouvelables et la décarbonation de l’amont agricole »; et enfin « l’élaboration d’un plan dédié aux fruits et légumes ».

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer