Le camion, équipé d’un bras d’une portée de 35 m, est capable de brasser, puis de pomper l’effluent peu chargé. - Illustration Le brasseur multifonction vide les lagunes
Le camion, équipé d’un bras d’une portée de 35 m, est capable de brasser, puis de pomper l’effluent peu chargé.

Le brasseur multifonction vide les lagunes

Brasser et pomper les eaux de lagune, afin d’homogénéiser les matières épandues. Cette prestation innovante est proposée par ALG Service.

C’est une première en France. La société ALG Service, basée à Plonéour-Lanvern (29), s’est équipée d’un camion particulier disposant d’un bras d’une portée de 35 m. Suivant l’outil installé à l’extrémité de celui-ci, l’engin peut brasser, pomper ou nettoyer les lagunes. Cet outil rend accessible toutes les fosses à vider, en particulier les lagunes stockant des effluents peu chargés issus d’un traitement. Chez beaucoup de producteurs, ces sites de stockage n’ont jamais été brassés. Le service proposé par cette société répond donc à une forte demande.

Un enfouissement dans la foulée

Les unités de traitement d’effluents d’élevage laissent peu à peu des matières solides entrer dans la lagune, qui finissent par décanter et occuper un volume conséquent dans le site de stockage. En brassant la lagune, ce procédé remet en suspension toutes les matières. « L’épandage se fait dans la foulée, car 2 heures plus tard, les matières solides se sont redéposées », explique André Le Goff, gérant de l’entreprise.

Une fois brassé, le bras pompe le liquide pour l’acheminer vers un camion citerne qui le transporte directement au champ, pour approvisionner un caisson posé sur la parcelle. Un automoteur d’épandage vient s’alimenter dans cette réserve tampon pour enfouir l’effluent peu chargé. Les problèmes de tassement de sol sont réduits, les capacités d’épandage sont augmentées. « Nous sommes capables d’épandre 1 500 m3 par jour ». Ce bras de brassage est aussi prévu pour intervenir dans des fosses fermées, il est dans ce cas équipé d’un brasseur à deux hélices qui chassent l’effluent sur les côtés pour un mélange plus homogène.

Des valeurs très faibles, mais hétérogènes

Les eaux de lagune ne contiennent en moyenne que peu d’éléments fertilisants. L’azote n’est présent qu’à hauteur « de 0,18 unité/m3, le phosphore 0,27 unité/m3. Concernant la potasse, les valeurs sont plus élevées, pouvant monter jusque 2,11 unités/m3, c’est pourquoi il convient d’être vigilant quand des apports de gros volumes sont réalisés sur les champs. Un excès de potasse joue sur la structure du sol. La potasse vient se fixer sur le complexe argilo-humique, au détriment d’éléments comme l’oxyde de magnésium (MgO). Brasser ses eaux de lagune est très pertinent, l’effluent est beaucoup plus homogène », préconise Cécille Goupille, conseillère culture à la Chambre régionale d’agriculture.

Tags :
Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article