FinistèrePolitique et SyndicalismeSur abonnement

“Nous avons tous besoin du rempart collectif”

Le rapport d’orientation du syndicat finistérien a mis le doigt sur les organisations agricoles, nécessaires à la pérennité des filières, mais laissant un sentiment d’abandon des grandes structures. Sommes-nous sous-traitants de nos coopératives ? La question, volontairement provocatrice, soulève une pensée de plus en plus répandue dans les campagnes. Les producteurs se plient à la loi…

Cet article est réservé aux abonnés numériques.
Pour lire la suite…
Connectez-vous ou Abonnez-vous

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer