Élevage

Du lait produit par les fourrages

Alors que bon nombre d’exploitations laitières bretonnes souffrent économiquement, les conseillers du Pôle herbivore de la Chambre régionale d’agriculture communiquent sur une stratégie alimentaire basée exclusivement sur les fourrages corrigés.

« Actuellement, tout le lait produit ne rapporte pas. Le lait rentable est celui produit par les fourrages équilibrés : avec de l’herbe sans concentré ou un maïs ensilage complété d’un correcteur azoté », ont démarré Benoît Portier et Benoît Possémé, du Pôle herbivore de la Chambre d’agriculture de Bretagne, jeudi 20 octobre dans le cadre d’une journée de vulgarisation technique à la ferme expérimentale de Mauron (56).

Une même ration pour des vaches très différentes

Mais les ingrédients choisis ne font pas tout. À l’intérieur d’un troupeau, les comportements alimentaires sont très variables. Dans une étude menée sur 3 ans à la station de Trévarez (29), pour un même régime composé de 80 % d’ensilage de maïs, 20 % d’ensilage d’herbe et 175 g de tourteau de soja 48 par kg de MS, des écarts considérables ont été constatés en termes de performance laitière individuelle. « Dans un groupe de vaches, on constate une production variant de 20 à 45 kg de lait par jour en début de lactation. Ces 25 kg de lait par jour sont expliqués par la différence de potentiel entre animaux. » En fin de lactation, ce fossé demeure : de 15 à 30 kg de lait produit selon les animaux vers le 250e jour après vêlage. Les spécialistes pointent les vaches les plus productives : « On constate que certaines approchent les 50 kg de lait par jour au pic rien qu’avec cette ration sans concentré. »

Pour eux, le fossé se creuse dès l’auge. Ils s’appuient sur des travaux menés à la ferme expérimentale des Trinottières (49). Les vaches, nourries en ration mélangée, avalent en moyenne 22 à 23 kg de MS / jour, une consommation permettant la production quotidienne de près de 30 kg de lait. « Mais les plus grosses mangeuses ingèrent jusqu’à 30 kg de MS / jour, soit l’équivalent d’environ 25 kg de fourrages pour 4 kg de correcteur azoté. Ce qui autorise une production laitière journalière de 40 kg. »

Des recettes simples
Benoît Possémé donne quelques repères : « Pour un régime maïs, à 17 kg de MS d’ensilage ingérés, compter 3 kg de soja 48 pour obtenir les 100 g de PDI / UF visés. Si on introduit 20 % d’ensilage d’herbe, 2,3 kg de soja suffisent à équilibrer le maïs. Et en cas d’affouragement en vert, de pâturage hivernal ou de dérobée, pour 5 kg de MS de vert, distribuer 1 kg de tourteau de soja en moins. Enfin, veiller à ne pas incorporer plus de 25 % d’ensilage d’herbe dans la ration hivernale, sinon l’ingestion est pénalisée. »

Pas d’impact sur la reproduction ?

Benoît Portier et Benoît Possémé insistent sur l’opportunité de ce régime à la fois économique et simple : « Des fourrages et juste 175 g de soja / kg de MS de maïs ingéré sur toute la lactation. Sans faire de différence entre primipares et multipares. Sans individualiser la complémentation en correcteur azoté. » Pour eux, cette option suffit à exprimer le potentiel autour de 9 000 à 9 500 kg de lait / VL / an des cheptels homogènes en termes de sélection génétique aujourd’hui. Et d’enfoncer le clou : « En cherchant à aller au-delà, par les concentrés, vous gagnez moins d’argent, voire vous en perdez. »

Dans l’assemblée, des éleveurs se demandent tout de même « comment remplir des vaches avec un tel régime sans concentré ». Ils craignent la perte d’état après le vêlage, le manque de couverture énergétique sur les premières semaines. Benoît Portier répond que « ce n’est pas par la nutrition qu’on assure une bonne reproduction. L’aliment ne peut servir qu’à faire un peu plus de lait. C’est ce que montrent nos recherches. »
Et en système robot, s’interroge un autre visiteur ? « Au-dessus de 4 kg d’aliment distribué dans la stalle, l’azote est mal valorisé. Le mieux est d’apporter la plus grosse part d’azote possible à l’auge… »

Jeudi 3 novembre à Trévarez
Second rendez-vous « Alimentation des vaches cet hiver : produisez du lait économique » à la station de Trévarez (29), jeudi 3 novembre (13 h – 17 h , gratuit). Contact : 02 98 52 48 08.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer