Dossiers

Anticiper le semis de maïs

Anticiper la date optimale de semis par parcelle

Les outils d’aide à la décision peuvent aussi aider au choix de la meilleure période pour le semis de maïs, selon la parcelle et la semence.

Un semis précoce permet d’avancer la date de floraison et d’assurer le rendement : ces données sont confirmées par les récents essais menés par Arvalis. D’où l’intérêt de faire le bon choix quant à la date de semis. « J’y vais, j’y vais pas… Mon voisin n’a pas démarré. Faut-il que j’attende encore quelques jours pour semer mon maïs ? » Tout est prêt et la tension monte en cette période. Car, malgré le savoir-faire et les années d’expérience, l’année en cours ne ressemble jamais aux précédentes. « Et nos jugements et décisions d’interventions peuvent être faussés », rapportent les agriculteurs. C’est pourquoi les outils d’aide à la décision (OAD) sont fortement sollicités depuis leur apparition. De nouveaux repères qui peuvent être aussi utilisés pour aider au choix de la date du semis.

Des graphiques sur Maïs Expert par exemple précisent les plages horaires où les conditions sont favorables
Des graphiques sur Maïs Expert par exemple précisent les plages horaires où les conditions sont favorables, défavorables ou à risque.

Décider quand semer avec l’aide d’un OAD

Quelques fournisseurs de semences proposent depuis quelques années des OAD destinés aux producteurs utilisateurs des variétés de leurs gammes et aux distributeurs partenaires. Si ces outils sont jusqu’ici plus utilisés pour l’aide au pilotage des interventions de traitement ou de récolte, le semis peut être aussi concerné. « Notre outil MaïsExpertprend en compte les spécificités de chaque parcelle enregistrée en termes de texture du sol pour une approche au plus juste du contexte pédoclimatique », présente Mickaël Boursier, chef de produits semences à Syngenta. L’application anticipe les dates de semis optimales en prenant en compte les paramètres de la texture et du réchauffement du sol, des précipitations et des températures enregistrées par le passé et de la météorologie prévisionnelle. « La liaison avec la station météo la plus proche de l’exploitation, parmi 500 stations météo mémorisant l’historique des 15 dernières années, permet d’apprécier correctement la température du sol à un moment donné et son évolution pour les jours qui suivent », apprécie un utilisateur. L’outil renseigne en effet les agriculteurs sur les conditions de semis par jour et par plage horaire, selon trois zones (favorables, défavorable et à risque). Ces repères supplémentaires rassurent et aident à prendre la bonne décision, quant au moment le plus opportun pour intervenir. « Il ne reste qu‘à les valider par les observations de terrain », rappellent néanmoins les agriculteurs. À chaque sollicitation de l’outil, la parcelle est ainsi enregistrée avec ses caractéristiques et la semence utilisée. L’outil peut alors de nouveau être requis pour les traitements et la date de récolte. Carole David

Mots-clés

Peut vous intéresser

Lire aussi...
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer