Productions Agricoles

Filière poulet, un bilan plutôt positif

Malgré une fin 2013 agitée en poulet export le bilan de l’année est tout de même positif avec des mises en place qui progressent, des volumes d’aliments stables et des coûts de matières premières qui baissent. L’avenir de la filière export laisse planer le doute sur les résultats de l’année en cours.

Les représentants des interprofessions volailles de chair s’accordent à dire que : « Les difficultés de la filière poulet export portent un préjudice aux filières volailles de chair en général car elles leur retirent de la visibilité en termes de marché et de potentiel de production. L’année 2014 sera à hauts risques pour ce pan entier de l’économie avicole. » Les chiffres positifs de 2013 sont liés à la forte demande en poulets pour le grand export, même si il y a eu un gros ralentissement au dernier trimestre. Depuis 2010, les mises en place de poulets n’ont cessé de progresser, avec encore + 0,82 % en 2013 par rapport à 2012. Il semble donc évident que cette tendance risque de s’inverser fortement cette année vu les grosses incertitudes qui demeurent concernant l’avenir de la filière export.

Évolution de la mise en place annuelle de poulet
Évolution de la mise en place annuelle de poulet.

Fabrication d’aliments globalement stable

La fabrication d’aliments pour le secteur de la volaille reste relativement stable par rapport aux dernières années. Les baisses observées en dinde ont été compensées par les volumes produits en pondeuses et poulets de chair. La consommation d’aliments poulets a monté de 1,53 % par rapport à 2012, ce qui fait une production totale de 3 337 000  tonnes pour la France lié à la progression des mises en place. La stabilité des volumes en 2013 est liée au dynamisme du poulet export. La question qui se pose est de savoir comment les fabricants vont-ils compenser ces volumes s’il arrive le pire à cette filière ?

Abattage de poulet, + 3,1 % sur 2013

En 2013, les abattages de poulet ont augmenté de 3,1 % par rapport à 2012, soit un volume supplémentaire de 32 044 tonnes. Les tonnages abattus sont également supérieurs de 6,7 % à la moyenne de 2007 à 2012. Toutefois, ils ont significativement baissé en fin d’année 2013. La Bretagne et les Pays-de-Loire sont les deux grandes régions productrices de poulet. Elles totalisent à elles deux 70 % des abattages du pays.

Le coût des matières premières en baisse

Le point positif au niveau de l’alimentation est la baisse du coût des matières premières de l’ordre de 19 % entre décembre 2012 et décembre 2013. Ce tassement des cours du maïs et du blé apporte une bouffée d’air à la filière. La baisse a été progressivement répercutée sur le prix de l’alimentation animale. Malgré tout, le coût des matières premières ayant tellement augmenté en 2012, le pic de hausse de l’aliment est arrivé en septembre 2012 ce qui a lourdement impacté les coûts de production vif de poulet dès le quatrième trimestre 2012. Cela se traduit par un recul global du coût de production du vif d’environ 2,5 % alors que la hausse annuelle sur 2012 était de 10 %. Nicolas Goualan

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer