Des médiations majoritairement familiales

Agri médiation Bretagne entend accroître ses interventions. Déjà, l’activité est en hausse en 2023 avec 9 médiations réalisées. 89 % des sociétés concernées sont familiales.

18667 hr light - Illustration Des médiations majoritairement familiales
Les élus professionnels en charge d’Agri médiation Bretagne en compagnie de Stéphane Le Creurer, au centre.

Agriculture « Avec 34 contacts et 9 médiations réalisées, l’activité a été relancée sur 2023 », ont souligné les responsables d’Agri médiation Bretagne à l’occasion du bilan annuel qui a eu lieu le 9 janvier à Pontivy (56). « L’origine de ces difficultés concernait la communication et les relations entre associés dans 6 cas, les échanges intergénérationnels dans 2 cas et des problèmes de couple impactant le professionnel dans 1 cas. » 77 % en bovin lait À l’inverse des idées reçues, « les exploitations en conflit dans lesquelles nous intervenons sont à 89 % des sociétés familiales et non entre tiers. 55 % ont 2 associés, 33 % en ont 3 et 12 %, 4 ou plus. » Il est parfois plus difficile « de se dire les choses en famille. » La production principale concerne le bovin lait pour 77 % et les bénéficiaires sont à 75 % des hommes. Peu élevé par rapport à d’autres solutions, le coût moyen d’une médiation a été de 1 266 € en moyenne en 2023, pour 3,6 rendez-vous.Intervenant lors de la réunion, Stéphane Le Creurer, de l’Udaf 35 (Union départementale des associations familiales d’Ille-et-Vilaine), a précisé les contours de la médiation familiale conventionnée, qui peut être complémentaire. « Elle est née dans les années 1970 aux États-Unis puis s’est étendue au Canada puis en Europe. Un diplôme d’État de médiateur familial a été créé en 2003-2004 et un protocole national est en place depuis 2006 », retrace-t-il. Séparations, ruptures familiales… Les conflits concernent souvent des couples en séparation, des pères qui ne voient plus leurs enfants… « Les principes fondateurs sont la libre-adhésion, la confidentialité, l’impartialité et l’indépendance. » Suite à un entretien d’information préalable pour chacun, des séances de médiation sont proposées et suivies par la rédaction des accords. « Aujourd’hui, nous voyons de plus en plus de grands-parents, de jeunes majeurs, d’aidants-aidés faire appel à nous. Nous travaillons avec les gens sur…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article