Machinisme et équipements

Une stabilité sans faille sur le freinage des remorques

Un système de freinage des remorques lors des phases de décélération vient de voir le jour sur les derniers tracteurs New Holland. Présentation par Nicolas Morel, responsable produit tracteur.
Le règlement européen impose depuis le début 2018 une double ligne de freinage, hydraulique ou pneumatique. New Holland a fait le choix du pneumatique, c’est sur cette base que travaille le nouveau système intelligent de freinage de remorque ?
Nicolas Morel, Responsable produit tracteur New Holland
Nicolas Morel, Responsable produit tracteur New Holland

Nicolas Morel : Les gammes T6 à T7 HD génération TMR (tractor mother regulations) disposent depuis l’été dernier de tous les éléments permettant le lancement de cette nouvelle assistance au ralentissement des convois. Le freinage pneumatique n’est pas la seule condition pour en bénéficier. La transmission à variation continue est également obligatoire car les tracteurs équipés intègrent un capteur de couple. Il suffit de mesurer ce couple, cet effort, pour savoir si le moteur doit délivrer plus de puissance, ou au contraire, donner l’information de freinage pneumatique de la remorque en cas de mesure de couple négatif.

N’y a-t-il pas une usure prématurée des freins de la remorque en cas d’usage intensif ou d’un ralentissement à grande vitesse ?

N. M. : Tout d’abord, cette technologie n’est active que sur une plage de vitesse allant de 12 à 35 km/h. Au-delà de cette vitesse maximum, c’est le freinage au pied qu’il faut utiliser. Cela évite des échauffements sur des longues distances. La pression exercée lors du ralentissement de la remorque est modulée entre 1 et 1,5 bar, c’est relativement doux et respectueux des freins. Cela n’engendre pas d’usure prématurée, comparé au gain de sécurité offert.

Justement parlons de la sécurité, c’est quand même la fonction première de ce système, un gain de stabilité…

N. M. : On parle bien d’une assistance au ralentissement, et non d’une aide au freinage d’urgence, qui fait en sorte que chaque élément participe à réduire la vitesse de manière équilibrée, à hauteur de son propre poids. Le système se montre efficace, par exemple, dans le cadre d’une conduite en ville, à l’approche d’un giratoire, d’un dos-d’âne. Ce sont des situations qui ne nécessitent que de ralentir afin d’anticiper un éventuel freinage. L’élan de la remorque avait tendance à surcharger la capacité de ralentissement du moteur et de la transmission, ici on ne cherche qu’à annuler cet effet de poussée pour conserver la maîtrise du convoi.

Dans la pratique, même avec une tonne pleine, on va retrouver la même sensation que lorsque l’on circule avec le tracteur seul. Un gain de sécurité qui peut permettre à des conducteurs novices de conduire sans trop se focaliser sur l’inertie de l’ensemble.

Un coût ?

N. M. : Si le tracteur répond aux critères – génération TMR et variation continue – il peut être équipé à l’achat, ou en retro-montage via un code de déverrouillage, autour de 450 €.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer