Découvertes

De vieux outils remis à l’oeuvre

À Henvic (29), le passionné de vieux outils a décidé de les associer pour créer des sculptures originales.

« J’ai toujours eu une attirance pour la ferraille », attaque d’emblée, Christophe Castellan. Celui-ci mène depuis 2012, une démarche de sculpteur-plasticien assez singulière : « Dans la pratique, je fais surtout de la soudure et du meulage. » La cabane en bois au fond de son jardin est « transformée en atelier fonctionnel et ergonomique où tout est à portée de main… » Une véritable caverne d’Alibaba où s’entassent des caisses remplies de vieux outils, matériau de base de ses créations.  Clés plates ou à molettes, marteaux, pioches, haches et hachettes, lame de faucilles ou de faux, fers à cheval, scies, fourches… De quoi alimenter des pièces sorties de son imagination débordante : personnages musiciens, voiliers, oiseaux…

« Marre de Paris »

Au départ, Christophe était collectionneur et bricoleur. « Depuis l’enfance, j’ai toujours été manuel, attiré par les outils… Je collectionnais les marteaux et les haches ». Mais pour ce Parisien pure souche, pas simple d’assouvir ces passions. Finalement, en 2005, toute la famille « décolle » enfin de Paris. « Nous en avions marre. Mon épouse Claire voulait vivre en bord de mer, se rapprocher de ses parents dans le Finistère. Moi, je rêvais de vivre à la campagne. Nous voulions élever nos quatre enfants dans un endroit reposant, en phase avec la nature et les éléments. » Ils ont atterri à Henvic (29), dans une ancienne ferme qu’ils retapent peu à peu. « Sur une colline exposée aux quatre vents, derrière Carantec, d’où l’on voit la mer par beau temps. » Changement de décor radical : « A Paris, j’amenais mes enfants au Salon de l’agriculture. Maintenant, on y est tous les jours. »

Surtout, ce nouvel environnement est propice à nourrir l’intérêt pour les outils de Christophe. « L’histoire a commencé simplement. Un voisin agriculteur prenant sa retraite faisait le ménage sur sa ferme. Il m’a proposé du matériel et des outils de maraîchage. » De véritables « trésors » : « Des générations d’outils utilisés pour le maraîchage local, parfois poinçonnés, souvent forgés… Un patrimoine ! » Il s’en est d’abord servi chez lui, au jardin : « Ces vieux outils sont de meilleure qualité et mieux étudiés que ceux d’aujourd’hui », explique l’artiste, admiratif. Dès lors, Christophe Castellan a récupéré des outils dans le voisinage, les vide-greniers ou les brocantes…

Exposer pour vendre

Pour faire connaître son travail, Christophe Castellan essaie d’exposer régulièrement durant l’année. D’abord, de manière permanente, Aux Tamaris à Roscoff (29), l’hôtel qui l’emploie. Mais aussi prochainement :

  • Dimanche 28 février, à Récup’ère, Salon de la récup’ à Plouigneau (29),
  • Les 3 et 4 avril, aux Journées européennes des métiers d’art (Jema) à Roscoff (29),
  • Du 16 avril au 8 mai, 28e salon de sculpture contemporaine de Landivisiau (29), du 10 au 15 août, au salon des arts à Carantec (29).

Ses œuvres se vendent entre 300 et 1 500 € pour les plus grandes : « Ce n’est pas la ferraille ou les vieux outils que je facture, ce sont les heures passées à créer. »

Un défouloir

Parallèlement, il profite de son installation en Bretagne pour prendre des cours d’aquarelle. Mais pour celui qui a fait toute sa carrière dans l’hôtellerie, « après 15 h de travail derrière le comptoir, ce n’était pas assez physique. » L’hyperactif avait besoin de s’exprimer à travers une pratique plus en prise avec la matière. C’est par hasard, chez un ami qui sculpte des fleurs en métal que tout est devenu évident : « Dans son atelier, il m’a montré la soudure. J’ai eu un déclic : j’avais trouvé comment à la fois me défouler, créer et redonner vie à mes outils. »

De retour à la maison, il branche le vieux poste à souder de son père. « Une usine qui faisait baisser l’intensité des lumières dans la maison… » Il apprend sur le tas et produit 6 pièces la première année en 2012. Progresse : « Au départ, j’étais incapable de tordre une pince ancienne, maintenant j’y vais au chalumeau. » Ses premières œuvres n’étaient pas à vendre. « Je ne pouvais pas m’en séparer. J’en offrais seulement parfois à mes proches. » Mais rapidement, le concept plaît. En 2015, il s’est finalement résolu à commercialiser ses créations. « Ces quelques ventes m’ont permis de réinvestir dans un poste à souder semi-automatique synergique, dans du matériel de perçage et de ponçage… »

Désormais, les soudures sont plus « propres. » Son travail s’affine, les pièces sont plus grandes et plus lourdes comme cette récente série de bateaux ou un vautour de 27 kg… Christophe Castellan continue de récupérer tous les vieux outils. « Plus j’en ai, plus j’ai de possibilités de formes à disposition. » Il cherche notamment « des pioches, des lames de faux et des hachettes, plus compliquées à dégoter ». De novembre à février, quand son travail de dirigeant d’hôtel lui laisse du temps libre, il s’adonne à la sculpture. Passant parfois toute la journée dans son « antre », ne voyant pas les heures passer. Avec un rêve en tête, se construire à terme un atelier plus grand et plus haut, pour y installer l’enclume qu’il possède, mais aussi un feu de forge… Et pouvoir sortir des pièces encore plus impressionnantes. Toma Dagorn

Contact :

Mots-clés

Peut vous intéresser

Lire aussi...
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer