Productions Agricoles

Le secteur des semences se tourne vers l’agroécologie

Le Comité technique permanent de la sélection (CTPS) a présenté le 22 mai au ministre de l’Agriculture les axes de révision du plan « Semences et agriculture durable » lancé en 2011.

« Un nouveau plan tourné sur l’agroécologie a été demandé au CTPS, comité qui joue un rôle consultatif dans l’orientation de la politique publique en matière de progrès génétique », explique Christian Leclerc, secrétaire général du comité, renouvelé en novembre dernier. « Cela passe par un état des lieux du plan issu du Grenelle de l’Environnement et l’identification des thématiques pour les cinq ans à venir. »

Les cinq propositions du comité, réuni en réunion plénière le 22 mai, portent notamment sur l’articulation de la politique de sélection végétale avec les autres politiques publiques, menées à travers les plans Écophyto, Abeilles, protéines…

Adapter les critères d’inscription au catalogue

Il est question d’adapter les critères d’inscription au catalogue officiel (à la recherche de multiperformances, aux approches écosystémiques, aux nouveaux marchés). « Les variétés doivent à la fois répondre aux besoins des marchés, s’appuyer sur les fondamentaux de productivité, régularité, qualité, mais aussi s’inscrire dans une production durable (réduction des intrants, meilleure efficience des bioressources, réponse au changement climatique) », précise Christian Leclerc.

Autre thématique abordée le 22 mai devant Stéphane Le Foll : la promotion de la diversité génétique, par la conservation des ressources phytogénétiques. Cela intègre la défense du Certificat d’obtention végétale (COV). Le comité a également proposé comme thématique une meilleure valorisation des données et la communication (attractivité du catalogue français et relations avec le grand public).Une version 2 sortira fin 2015.

Un atout commercial pour la France

Cette évolution fait partie des sept plans sur lesquels s’appuie le projet agroécologique cher à Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, venu rappeler l’importance du secteur des semences dans la réussite de la démarche. Aussi, il a mis en avant « l’excellence du secteur semencier français, premier exportateur mondial qui génère un chiffre d’affaires de plus de 3 Md d’euros et un excédent commercial de plus de 700 M d’euros, et son rôle crucial pour répondre aux enjeux économiques et environnementaux auxquels est con-fronté le secteur agricole », selon un communiqué du ministère. Il a par ailleurs insisté sur « les enjeux de conservation des ressources phytogénétiques […] et appelé la filière à faire de la dimension environnementale de la sélection un véritable atout commercial pour les variétés inscrites en France ». Le ministère proposera en fin d’année une nouvelle version du plan « semences et agriculture durable », qui constituera, entre autres, la nouvelle feuille de route du CTPS.

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer