Melon et mini-pastèque valorisent la serre ancienne

16241.hr|16242.hr - Illustration Melon et mini-pastèque valorisent la serre ancienne
Jean-Yves et Patrick Rauflet dans leur culture de melon « Petit Gris de Rennes ».|La conduite des mini-pastèques ressemble à celle du melon.

Dans une de leurs serres de 4 000 m2 datant de 1966, Patrick et Jean-Yves Rauflet font pousser du melon « Petit Gris de Rennes » et de la mini-pastèque. Des légumes qui ne nécessitent pas de chauffage. Dans la serre basse du Gaec de Livré à Domagné (35) – 2,60 m de hauteur –, les plants de melon « Petit Gris de Rennes » poussent vigoureusement, sans souci sanitaire. « Nous les avons plantés sur trois dates pour échelonner les récoltes, de début mars à mi-mai. 1 500 m2 sont réservés aux melons qui commencent à être récoltés début juin. Nous espérons en commercialiser jusqu’à fin septembre, entre 10 et 12 t sur la saison », expliquent les frères maraîchers en Gaec. Datant du XVIIe siècle dans la région, le Petit Gris fait partie du patrimoine local. Il y a plus de 40 ans, tous les maraîchers autour de Rennes produisaient ce melon savoureux à la chair orange foncé, fondante et très sucrée. L’arrivée de la grande distribution a fait chuter les surfaces. « Les producteurs avec qui je me suis installé en Gaec en 1995 en cultivaient et lorsque mon frère Jean-Yves leur a succédé en 1998, nous avons continué. Nous sommes fiers de perpétuer cette tradition », souligne Patrick Rauflet. Si les frères en vendaient jusqu’à présent à leur clientèle locale (dans leur magasin à la ferme), ils augmentent désormais les volumes pour répondre aux clients de leur coopérative Solarenn qui a fait un essai de commercialisation l’an passé « avec un excellent retour ». [caption id=”attachment_80986″ align=”aligncenter” width=”720″] La conduite des mini-pastèques ressemble à celle du melon.[/caption] Besoin moindre de main-d’œuvre La culture de ce melon requiert une réelle maîtrise technique. Il faut jouer sur les arrosages pour apporter la juste quantité d’eau sur le substrat (pain de fibre de coco, plus adapté à cette culture). Les parasites, surtout des pucerons, sont maîtrisés…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article