Élevage

Quels sont les risques liés à la manipulation des animaux

Savez-vous que dans les exploitations agricoles, on dénombre plus de 15 000 accidents entraînant un arrêt de travail ? Dans 1 cas sur 5, ces accidents sont liés à la manipulation des animaux et interviennent surtout dans la filière bovine.

À tout moment, les animaux peuvent soudainement changer de comportement et infliger des blessures graves. Mais la conduite des élevages présente aussi d’autres risques :
• au contact, à la manipulation ou la contention des animaux pour les soins et les traitements (allergies, zoonoses…),
• aux conditions spécifiques de travail dans les locaux des animaux (sols glissants, poussières, odeurs, souillures…),
• aux particularités d’un métier physique (mauvaises postures, gestes répétitifs, travail en extérieur, exposition aux intempéries, travailleur isolé…), nécessitant l’utilisation fréquente de produits de nettoyage ou de désinfection…
Soins des animaux, déplacement du troupeau, opérations de chargement, les risques d’accidents sont bien réels.

Des maladies transmissibles

Les animaux peuvent être porteurs d’agents pathogènes (zoonoses, bactéries, virus, parasites….). Ceux-ci peuvent atteindre l’éleveur par voie aérienne, voie cutanée, suite à une coupure accidentelle, ou encore par voie digestive du fait d’un défaut de lavage ou de protection des mains, par exemple, et déclencher infections et maladies (panaris des doigts…). Mais le plus souvent, l’agriculteur est exposé aux risques d’allergies respiratoires ou affections cutanées (eczémas, urticaires) liés à la respiration des poussières produites par la nourriture et les poils des animaux.

Des risques de blessures causées par l’animal

Compte tenu de la taille et du poids des bovins, les risques de traumatismes liés à la manipulation des animaux sont très importants dans la filière bovine.
Que les animaux soient en stabulation, en pâturage ou en soins, les éleveurs sont souvent exposés à des mouvements brusques et imprévisibles.
Ceux-ci peuvent provoquer des blessures (écrasement, bousculades, blessures par corne, morsures…), pouvant avoir de lourdes conséquences.

Un environnement présentant aussi des risques pour l’exploitant

Il est important de porter une attention particulière aux matériels d’élevage, ainsi qu’à l’organisation des tâches quotidiennes. Les locaux, sols et escaliers sont souvent humides et glissants du fait des souillures animales : un environnement qui peut provoquer des glissades, des faux-pas et entraîner des traumatismes (foulures, entorses, coupures…).
Attention aussi aux machines, matériels, stocks de foin qui peuvent être à l’origine de coupures, happements, écrasements… Ainsi qu’aux risques chimiques générés par l’utilisation de désinfectants et produits détergents, notamment dans les bâtiments d’élevage de porcs ou de volailles.
Le métier d’éleveur, comporte de nombreuses tâches liées à l’alimentation, à la traite, aux soins apportés aux animaux (distribution quotidienne des rations, nettoyage, soins vétérinaires, surveillance en période de chaleurs ou de gestation, aide au vêlage, maintenance des matériels…).
Une activité souvent réalisée dans des conditions difficiles (froid, chaleur, horaires, intempéries), peut entraîner des pathologies posturales, du stress, de la fatigue…

Prévenir les risques d’accidents avec vos animaux

Quelle que soit la situation : soins vétérinaires, intervention dans la salle de traite, déplacement du troupeau, en pâturage, il convient d’adopter les bonnes pratiques. Par exemple, en agissant sur les aménagements, en intégrant la circulation des machines, hommes, animaux dès la conception des bâtiments ; en respectant les aires de vie ; en ne croisant pas les circuits propres (personnes, alimentation, camions laitiers…) et les circuits « sales » (animaux, raclage…). De même, il est conseillé d’utiliser des appareils de contention, de maintenir les sols propres et non glissants.

Pour minimiser les risques, il est souhaitable de développer une bonne connaissance de ses animaux et les techniques d’approche : une bonne connaissance du comportement animal et des risques liés à la gestion quotidienne des élevages permettent de repérer les situations à risque, afin de gagner en sécurité.
Oreilles couchées, poils du dos hérissés, queue dressée, grattements au sol, sont autants de signes qui vous avertissent, notamment dans les périodes critiques : vêlage, sevrage, mise en pâturage, introduction « d’un nouveau ».

Utilisez un chien de troupeau et nous mettez jamais devant votre animal dès lors qu’il est en stress.
Apprenez à vous faire respecter : avec une autorité reconnue, sans domptage. A chaque moment, effectuez vos tâches dans le calme, en évitant de faire du bruit ou des gestes brusques.

QUELQUES BONS RÉFLEXES

• Utilisez les appareils de contention à votre disposition (longes, cages…),
• Assurez-vous que les sols sont toujours propres et non glissants,
• Isolez les animaux malades et limitez le nombre de personnes dans votre élevage,
• Isolez les animaux agités ou agressifs (taureaux), par des clôtures adaptées,
• Portez des vêtements de travail et des chaussures de sécurité, (vaccination, vêlage, déparasitage…),
• Soyez à jour de vos vaccins.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer