DécouvertesFinistère

Huîtrières du Château de Belon : Un patrimoine vivant et protégé

Située à Riec-sur-Bélon (29), la ferme ostréicole des « Huîtrières du château de Bélon » est inscrite aux monuments historiques depuis mai 2017. Désormais protégé, cet écrin du patrimoine vivant breton mérite vraiment le détour.

Quand on entend le mot « Bélon », en principe, on s’imagine une « huître » et on a bien raison puisque c’est dans la ria du même nom que l’aventure ostréicole française a débuté. En revanche, on ignore le plus souvent la beauté des lieux et le riche patrimoine qu’ils abritent, mais que l’on peut découvrir notamment aux Huîtrières du château de Bélon.

Bras bleu

Ouverte toute l’année, l’exploitation se découvre librement ou par une visite commentée. Aujourd’hui, la guide se prénomme Isabelle. Dans un chemin ombragé, elle entraîne un groupe de touristes vers une bâtisse en pierre construite « les pieds dans l’eau ». François de Solminihac, propriétaire des lieux, a pris soin d’y entreposer quelques outils ostréicoles traditionnels.
Isabelle commence par raconter comment, sous le second Empire, on a encouragé l’élevage de ce mollusque pour pallier sa raréfaction. Puis, elle passe en revue ce qui différencie huîtres plates et creuses : « Les creuses diffusent leurs gamètes dans l’eau et la fécondation se fait au gré du courant… Mais chez les plates, ovovivipares, l’huître femelle aspire les gamètes mâles présentes dans l’eau, puis abrite la fécondation dans sa coquille ».
Tandis que l’entreprise d’érudition d’Isabelle se poursuit, quelques gourmands s’attablent face à la ria. Ils ont commandé une assiette d’huîtres et vont pouvoir les déguster en dominant le bras bleu du Bélon qui, sans cesse, change de luminosité sous le tranquille flot de cumulus… Attention : paysage d’exception, l’un de ceux qui inspirèrent les peintres de l’école de Pont-Aven !

Cinquième génération

Si l’on ajoute à ce décor, un splendide manoir du XVIIIe siècle et ses alentours parfaitement conservés, on comprend mieux pourquoi le préfet de Bretagne a pris la décision, en mai 2017, d’inscrire aux monuments historiques l’ensemble du domaine des Huîtrières du château de Bélon.
« Avec mes enfants, cela fait cinq générations que nous élevons des huîtres sur le domaine », souligne François de Solminihac, autant passionné par le métier que par l’histoire des lieux. « Autrefois, les huîtres sauvages étaient ramassées pour une consommation locale. Mais dès le XVIIe siècle, quand des charrettes se sont mises à remonter la Seine du Havre jusqu’à Paris pour en livrer aux écaillers, les huîtres sauvages ont commencé à se raréfier… C’est en s’inspirant des expériences du naturaliste Victor Coste – nommé par Napoléon III – sur l’élevage des huîtres en bancs artificiels que l’un de mes ascendants, Auguste de Solminihac a créé ici, avec Hyppolite de Mauduit, la toute première exploitation ostréicole de France, en 1864, sous l’égide du Collège de France. Nous sommes aujourd’hui les dépositaires de ce magnifique patrimoine ».

Protection et innovation

S’il se satisfait de la protection qu’offre au domaine sa récente inscription aux monuments historiques, François de Solminihac se bat aussi sur un autre front : la défense d’une ostréiculture à la fois traditionnelle et ouverte sur la modernité.
Pour ce qui est de la tradition, son exploitation en donne un très bon exemple. Du naissain jusqu’à la commercialisation, les huîtres du Château de Bélon grandissent sur les tables métalliques installées rive droite de l’estran. François de Solminihac et ses salariés s’y activent à marée basse : surveillance de la mortalité, retournement des poches pour éviter que les algues n’obstruent les mailles, tri et passage des coquillages dans des poches au maillage plus large (en fonction de leur pousse… Et enfin, affinage : « Qui se termine par une immersion en bassin pour permettre aux huîtres de se débarrasser de leurs impuretés de la vase et du sable ».
Ainsi, chaque année, la ferme ostréicole produit 30 tonnes d’huîtres (plates ou creuses) exclusivement vendues en direct aux particuliers et sur toute la France. Précieuse garantie de traçabilité !
Pierre-Yves Jouyaux

Contact : Huîtrières du Château de Bélon, 02 98 06 90 58, domainedebelon@live.fr, www.huitre-bretagne.com

De la haute technologie au service des petites entreprises
François de Solminihac ne se contente pas de perpétuer le savoir-faire de ses aïeux. Soucieux de l’avenir des petites exploitations côtières, cet ingénieur, diplômé de l’Institut catholique d’arts et métiers (ICAM), planche sur plusieurs projets en partenariat avec le Technopôle de Quimper : « L’idée principale consiste à mettre la haute technologie au service de petites structures d’élevage ou de pêche, comme la mienne. Nous travaillons, notamment, à la mise au point de cages motorisées, immergeables à plusieurs kilomètres des côtes pour cultiver des algues et des mollusques pouvant, par exemple, être utilisés en médecine ou en cosmétique… ».
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer