Economie, marchés et gestion

“Les assurances ne suffisent pas pour gérer les risques”

Pascal Viné, de Groupama, est intervenu sur la gestion des risques lors de la journée Terres 2018, organisée par Ouest France.
Pascal Viné, Groupama
Pascal Viné, Groupama

Quelle est la nouvelle donne pour les agriculteurs ?

L’Europe considère que notre agriculture est aujourd’hui en capacité de se confronter à des marchés ouverts. En clair, cela impose aux agriculteurs de mieux gérer les risques à l’échelle de l’exploitation.

Cette gestion des risques est au cœur des politiques publiques, et notamment de la future Pac…

Le revenu des agriculteurs est aujourd’hui de plus en plus lié à leur capacité à affronter de nouveaux risques : forte volatilité des cours ; crises climatiques et sanitaires ; concurrence internationale accrue ; attentes et exigences croissantes de nos concitoyens. La question qui se pose est celle de la nature des outils à mettre en place pour gérer ces risques. Et sur ce point, il y a débat au sein de l’Europe et au sein de notre pays.

Groupama a mené une vaste réflexion sur le sujet. Qu’en est-il ressorti ?

Nous avons énormément investi depuis 15 ans dans l’assurance récolte. Nous savons qu’aujourd’hui l’assurance climatique est confrontée à de nombreux obstacles, entre autres le débat européen entre les pays du nord et ceux du sud, même si les crises climatiques de cet été dans le nord de l’Europe permettront peut-être de jeter un nouveau regard sur ce dossier.

Pourquoi est-ce si difficile d’avancer ?

Il y a un manque de données statistiques, un manque de transparence, une information des agriculteurs insuffisante, une faiblesse de la recherche développement et … le coût. Nous savons aussi que la gestion des risques ne peut se résumer aux seuls outils assuranciels, c’est pourquoi nous travaillons à développer des approches globales.

C’est-à-dire ?

Groupama propose par exemple de privilégier la sécurisation du chiffre d’affaires. Notre solution « Objectif Stabilité » vise à protéger un chiffre d’affaires dès les semis, en cas de perte de rendement et/ou de baisse des prix. Après deux années de test réussies en 2017 et 2018, l’offre sera généralisée en 2019. La recherche de solutions de lissage du revenu par une épargne défiscalisée est également engagée avec des partenaires du monde coopératif. Nous avons également un dispositif particulier pour les jeunes agriculteurs.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer