Economie, marchés et gestionIlle-et-VilaineMachinisme et équipements

La conduite à 16 ans sans permis, une spécificité française

Depuis plus de 40 ans, une opération de sensibilisation à la sécurité au travail et aux dangers sur la route sillonne les établissements agricoles français. Après Elliant (29) et Loudéac (22), elle a fait halte à Montauban-de-Bretagne (35).

Créée en 1972, la piste pédagogique « 10 de conduite rurale »* sensibilise les jeunes et futurs agriculteurs aux bons réflexes d’utilisation des engins agricoles dans les établissements de France. Elle était de passage en Bretagne ces dernières semaines. Ce concept de prévention original, même si son impact n’est pas chiffrable, est utile, à en croire les réflexions des stagiaires du jour, à la Maison familiale de Montauban-de-Bretagne en ce 19 octobre. « La ceinture, je ne la mettais jamais dans le tracteur en stage », « On a parcouru en salle tout ce qu’on fait et qu’on n’a pas le droit de faire sur la route », « C’est plus compliqué que ce qu’on croit »… Reste maintenant à ces jeunes d’appliquer ces notions pour anticiper les risques et réduire le nombre d’accidents sur le terrain. Et de sensibiliser leurs maîtres de stage aux bonnes pratiques, en attendant qu’ils répondent présent eux aussi à ces journées de formation.

Jusqu’à 40 t sans permis

« On croit maîtriser la conduite d’un tracteur, en fait ce n’est pas si simple », rappelle la Police nationale, qui assure le rôle de formateur lors de ces journées. D’autant plus que tous ces jeunes en formation n’ont pas été sensibilisés au Code de la route. Et la conduite à 16 ans des engins agricoles jusqu’à 40 tonnes sans permis est une spécificité française. Tous les autres pays européens exigent un permis temporaire à 16 ans, suivi d’un second à 18 ans, moyennant finance pour le passage de ces examens. C’est également un acquis qui n’est pas accessible aux autres catégories professionnelles.

Méconnaissance des usagers de la route

« L’accident le plus courant reste le “tourner à gauche” sur la route », rappellent les formateurs. Il résulte à la fois de l’évolution des dimensions des véhicules agricoles et de la méconnaissance des usagers de la route, tant du point de vue du chauffeur de l’engin agricole que des autres. Une faible allure incite les conducteurs à doubler et prendre des risques. Car ces situations ne sont pas assez approfondies lors de la formation du Code de la route. D’où la nécessité pour le monde agricole de redoubler de vigilance et d’appliquer toutes les signalisations nécessaires pour prévenir du risque.

* Opération animée en partenariat avec Groupama, la Police nationale, Class, Total et les établissements Rolland.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer