MorbihanProductions Agricoles

Marie-Laure Le Gal, ambassadrice de producteurs locaux

Bien décidée à s’installer et vivre dans sa commune d’origine, Marie-Laure Le Gal, 30 ans, a eu l’idée de créer le service qui lui manquait : pouvoir se fournir en produits fermiers dans un rayon resserré autour de Bubry (Morbihan). Aujourd’hui, elle anime un réseau de distribution d’une quarantaine de producteurs locaux dont elle joue les ambassadrices auprès de sa clientèle. Un « microcircuit » qui, à sa façon, souhaite redonner du sens au mot « consommation ».

Le claquement de portière rompt brièvement la tranquillité de la cour. Marie-Laure Le Gal vient de prendre place au volant de sa fourgonnette réfrigérée. Contact ! C’est parti pour la tournée hebdomadaire de collecte chez ses fournisseurs en produits laitiers. Mais point de grossistes ou d’entrepôts frigorifiques sur la feuille de route. Derrière les yaourts, les fromages ou le beurre qu’elle va revendre à sa clientèle, il y a d’abord des visages et des prénoms : ceux des fermiers et producteurs artisanaux avec qui elle travaille depuis 2010. Ce matin, la jeune femme fera la bise à Paul, Marie-Laure, Annie et Yann, sans oublier – en passant – de s’arrêter chez Gwenaëlle au moulin de Sébrevet, prendre livraison de quelques kilos de farine. « Ils savent que je vais venir, mes commandes sont prêtes quand j’arrive ». Visiblement, la confiance règne, élément indispensable pour fonctionner sereinement entre professionnels, ce que la jeune femme confirme aussitôt : « Eux me font confiance pour représenter leurs produits, moi je le fais sur la qualité et la régularité des livraisons. Avec le temps, on apprend à se connaître et à s’apprécier. Désormais je suis capable d’expliquer à un client l’évolution du goût d’un fromage ou bien d’une viande en fonction de la saison ou de l’alimentation des animaux. Plus qu’une simple vendeuse, je connais mes produits et surtout ceux qui les produisent » Au-delà des mots, les regards bienveillants et l’accueil qu’on lui réserve en disent tout autant sur la qualité de la relation établie.

L’un des clients du réseau a laissé à Marie-Laure un panier en osier pour qu’elle y prépare sa commande
L’un des clients du réseau a laissé à Marie-Laure un panier en osier pour qu’elle y prépare sa commande. « Je souhaite développer la livraison de paniers, plus facile à gérer que celle des marchés. Je m’y sens au cœur de cette activité de service ».

Produire et consommer local

C’est qu’avant de contacter un producteur, Marie-Laure s’impose des critères de sélection en accord avec l’éthique «maison». « Le premier, c’est la proximité. Il doit se trouver dans un rayon d’une trentaine de kilomètres du dépôt, sauf pour quelques produits exceptionnels. Au départ, je m’étais fixé un rayon plus large, mais je me suis aperçue qu’il y avait déjà suffisamment de monde dans les 20 km autour de Bubry… Second critère, le type d’exploitation : il faut que ça soit une structure à taille humaine. Un producteur travaillant seul ou en couple, engagé dans une démarche plus qualitative que quantitative et qui, dans la mesure du possible, s’efforce de se fournir et de vendre « local ». Troisième critère : quelqu’un qui se soucie de l’environnement, limitant les intrants et respectant le bien-être animal ».

Comment ça marche ?

Comment se faire livrer un panier de produits locaux par Marie-Laure ? [Laitages, légumes maraîchers, charcuterie, volaille, viande, épicerie…]. En consultant son catalogue, vous constituez votre panier par mail ou téléphone avant le lundi soir. Dès le mardi, Marie-Laure fait le point, regroupe ses commandes et les transmet à chaque producteur. Ses tournées de collecte effectuées, les produits sont stockés au dépôt à Bubry. Une fois préparé, votre panier est livré avant la fin de semaine, à domicile ou en point de regroupement sur un secteur géographique s’étendant de Pontivy à Lorient (axe Nord-Sud) et de Baud à Guémené sur Scorff (axe Est-Ouest). La livraison peut vous être offerte, son coût variant en fonction de la distance et du montant commandé. « Pour bien coller à la saisonnalité, j’adresse chaque semaine par mail la liste des produits, des fruits et des légumes disponibles. J’y ajoute même une ou deux recettes pour donner aux clients des idées gourmandes ». Parallèlement, Marie-Laure propose ces produits fermiers et locaux sur quatre marchés de proximité à Quistinic, Melrand, Hennebont et Bubry (le vendredi), ainsi qu’à son dépôt le samedi matin.

Plus qu’un choix, une volonté

Voilà pour le profil type du producteur. Quant à la clientèle, Marie-Laure en distingue deux : « Il y a celle qui cherche avant tout du service, celui créé par le réseau, à savoir : pouvoir consommer local sans avoir à faire le tour des fermes. Et puis celle qui recherche le lien producteur-consommateur, plutôt une clientèle de marchés ». À suivre Marie-Laure dans sa tournée comme dans ses propos, on comprend vite la dimension quasi-militante de la démarche. Première cliente de son réseau, elle sait ce qu’acheter local signifie : « Il faut de la volonté, les gens habitués à faire leurs courses en supermarché ont du mal à franchir le pas : peur des goûts qui changent parce que non standardisés, peur de payer plus cher, peur de changer de logique et de n’acheter que le nécessaire. Bref, peur de consommer moins pour consommer mieux » Déjà quatre ans que Marie-Laure se bat pour faire vivre son « microcircuit » dans ce petit coin de Bretagne. Sa formation initiale en vente et communication n’ayant débouché que sur une brève expérience dans l’événementiel, Marie-Laure Le Gal est revenue s’installer à Bubry en 2009 avec en tête cette envie de consommer différemment. Mais pas facile de se fournir dans un circuit parallèle quand celui-ci n’existe pas… Après avoir occupé plusieurs petits jobs dans l’animation ou l’agroalimentaire, la jeune femme s’est décidé à créer sa propre activité. En 2010, elle a suivi une formation à l’AFPA de Lorient pour accompagner la mise en œuvre de son projet, puis le démarchage a débuté: « Certains producteurs m’ont suivi tout de suite… Mais le premier jour de marché, il gelait et je n’ai pas vendu grand-chose ». Depuis, l’emploi du temps de Marie-Laure est bien rempli. Une vie de labeur, parfois rude, mais elle l’aime et assume son choix. Pour elle, pas de doute, le jeu en valait la chandelle : « oui, je me sens à ma place. Quand on cherche à avoir une vie simple, on n’a pas besoin de gagner beaucoup d’argent » Pierre-Yves Jouyaux pour Groupama

Produits locaux et fermiers

Marie-Laure Le Gal Nistoir Coëtano – 56310 Bubry 02 56 62 01 60 / 06 32 07 82 14 ou produitsfermiers@mailoo.org

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer