Côtes d'ArmorEconomie, marchés et gestion

La prévention avec un pédiluve à sec

À Pédernec (22), le troupeau de laitières de Patrick Le Blevennec passe depuis 2 ans dans un pédiluve à sec, aide précieuse pour prévenir les dermatites digitées.

Patrick Le Blevennec est administrateur GDS. À ce titre, il est d’autant plus sensible à l’état sanitaire de son troupeau : « La dermatite digitée est présente dans l’élevage depuis plus de 10 ans. Je voulais une solution pérenne et pratique pour prévenir les boiteries qu’elle provoquait ». Il y a deux ans, il installe, en sortie de salle de traite, un pédiluve à sec. « Il s’agit d’un bac rempli d’une poudre à base de chaux floconné, le Saniblanc® Litières » explique Josette Clément, responsable produits d’élevage Triskalia. « Cette solution est commercialisée depuis 2 ans par Triskalia et rencontre un succès grandissant dans les élevages atteints de la maladie de Mortellaro ».

Le Saniblanc® Litières est présenté dans un pédiluve à la sortie de la salle de traite.
Le Saniblanc® Litières est présenté dans un pédiluve à la sortie de la salle de traite.

Diminuer la pression bactérienne

Le pédiluve à sec est une solution efficace pour désinfecter l’ensemble des pieds du troupeau en une seule fois. L’éleveur l’utilise d’octobre à avril, lorsque le troupeau est en bâtiment et que la saison est humide. À raison de 3 sacs de 25 kg par cure, L’agriculteur traite ses animaux toutes les deux semaines pendant 3 à 4 jours. Le pédiluve est installé en virage de sorte que les vaches n’aient pas le temps de le salir. « Avant qu’elles ne sortent de la salle de traite, je passe le jet sur les pieds de mes vaches. Ainsi, j’enlève un maximum de bouse et la poudre adhère mieux pour former une sorte de chaussette qui persiste assez longtemps pour agir efficacement ». Depuis qu’il utilise le Saniblanc® Litières, l’éleveur constate une nette diminution des cas avancés de dermatite digitée. La prévention est donc efficace.

Cependant, l’éleveur met en garde : « Même si la pression bactérienne diminue, il faut continuer la prévention sur le long terme. De plus, les causes de Mortellaro sont multifactorielles ». C’est pourquoi il a mis en place un certain nombre de mesures complémentaires : « L’apport de fibres doit être suffisant pour diminuer le risque acidogène de mes rations et l’ensemble du troupeau est paré une fois par an. Enfin, je suis vigilant à la qualité des sols. Le couloir entre les logettes est paillé et je disperse 300 g de Saniblanc® Litières à l’arrière de chaque logette. Objectif : un sol sec et sain pour diminuer la pression bactérienne ».

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer