Actualités agricoles Paysan Breton en Bretagne, Côtes d'Armor, Finistère, Ille-et-Vilaine, Morbihan
Sommaire | " PRODUCTIONS " | Légumes | Article n°8786 |
Recherchez  dans  Recherchez
Recherche avancéeRecherche avancée
Archives (prochaine parution le 26 décembre 2014) Recevoir les articles par mailAlerte email
 
 
POMMES DE TERRE / Un rendement moyen global de 43 t / ha - La récolte a baissé de 4% dans les 5 principaux pays producteurs
 
La récolte 2008 de pommes de terre de conservation de France, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Allemagne et Belgique est estimée à 22,6 millions de tonnes (Mt), contre 23,5 en 2007, selon l’Association des planteurs de ces régions. Si l’on inclut les pommes de terre pour l’industrie, la récolte totale de ces pays est estimée à 32,5Mt, contre 33,84 en 2007, soit une baisse de 3,9%. Les rendements expliquent pour une part ce fléchissement de la production. Ils sont surtout très hétérogènes. Ils sont estimés en baisse par rapport à 2007 en Belgique, France et Allemagne, et en augmentation en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas. En moyenne pour les cinq pays, le rendement passerait de 46,3 tonnes à l’hectare en 2007 à 45,9 cette année, pour la pomme de terre de conservation. Le rendement moyen global (frais + industrie) est quant à lui inchangé d’une année sur l’autre, à 43 tonnes/hectare.
La raison essentielle du repli de la production tient au retrait des surfaces: -3,1% pour les pommes de terre de conservation (-4,1% pour les surfaces totales de pommes de terre). L’explosion des coûts de production, principalement due à l’augmentation du prix des plants de pommes de terre, de l’énergie et des engrais, a entraîné cette réduction des surfaces.

L’année de la promotion de la recherche

La conférence « la pomme de terre demain », co-organisée par Arvalis et par les interprofessions de la filière a mis l’accent sur la nécessité de promouvoir la recherche sur la pomme de terre. « Très concrètement, l’Année internationale de la pomme de terre a pour mission de promouvoir la recherche et le développement sur la pomme de terre », a résumé Jean-Louis Buër, directeur général de l’Enseignement et de la Recherche au ministère de l’Agriculture, clôturant les deux journées. La recherche est sollicitée à la fois pour conforter l’alimentation dans les pays en développement et pour la réduction des intrants dans les pays développés. « Il va falloir mettre l’accent sur l’accès aux ressources génétiques », a indiqué Frédérique Aurousseau, responsable de la création variétale au Comité Nord de la pomme de terre, association régionale de producteurs de plants, lors de la conférence. Cela signifie qu’il faudra puiser dans la diversité génétique pour améliorer les variétés.
Remédier au stress hydrique par l’amélioration variétale est un des axes majeurs de l’innovation dans le secteur, a précisé Éric Bonnel, directeur de la recherche chez Germicopa, le premier obtenteur français de variétés de pommes de terre. Mme Ruth Egger, présidente du Centre international de la pomme de terre, organisme suisse, a quant à elle montré l’étendue des ressources génétiques à travers les continents : « Pour doubler les rendements au Népal, nous avons fait des croisements avec une variété mexicaine ».

Photo : Les surfaces de pommes de terre de conservation ont baissé de 3,1%.   


Retour Sommaire
Date de l'article : semaine du N° du 26 Septembre au 2 Octobre 2008
Imprimer l'article Imprimer l'article



lutter contre le déboisement à Madagascar





Dossiers Paysan Breton
Chiffres clés de l'agriculture bretonne
Contact
Abonnez-vous à
Paysan Breton
Recherchez une
petite annonce
Déposez une
petite annonce
Déposez une
annonce légale


(+ de 15629 depuis 1997)