Actualités agricoles Paysan Breton en Bretagne, Côtes d'Armor, Finistère, Ille-et-Vilaine, Morbihan
Sommaire | " PRODUCTIONS " | Légumes | Article n°13205 |
Recherchez  dans  Recherchez
Recherche avancéeRecherche avancée
Archives (prochaine parution le 26 septembre 2014) Recevoir les articles par mailAlerte email
 
 
Alerte mildiou
 

Les conditions climatiques de ces dernières semaines, avec une forte humidité et des températures douces, sont favorables au développement de la maladie.


Risques importants sur les cultures jeunes


Les plantations ont été décalées jusqu'en juin cette année, ce qui implique des stades de croissance très hétérogènes. De plus, pour cette campagne, de longues périodes avec une hygrométrie à plus de 90 %, ont favorisé la contamination des plants par le mildiou. Et cette pression dans l'environnement impacte d'autant plus les cultures en phase de croissance active. « La contamination est contenue sur les plantations précoces, même si des attaques ont été relevées sur des parcelles où la lutte préventive a été correctement menée. Mais pour les jeunes plants, la pousse est importante et le mildiou s'est installé sur les feuilles non protégées par des produits de contact », constate Christophe Corre, responsable expérimentation à Bretagne-Plants. « Les conditions sont exceptionnelles cette année et le nombre de cycles de multiplication réalisé par le pathogène est très important et atteint déjà 13 générations sur certaines zones, pour 8 à 9 en moyenne les années précédentes », poursuit-il. Ces données ainsi que le calendrier des traitements, selon la pression environnante réelle, sont explicités dans Mileos®, outil d’aide à la décision pour la lutte contre le mildiou.


Rapprocher les traitements


Aucune solution ne permet de supprimer le mildiou en place, toutes les techniques proposées ont pour seul objet de protéger le feuillage encore sain et aussi de ralentir l'évolution de l'épidémie. Selon Christophe Corre, « il convient donc de surveiller ses parcelles, et de traiter celles où la maladie apparaît en associant à la fois un produit diffusant (translaminaire) et pénétrant. Ce dernier, à effet rétroactif aura une action sur des contaminations intervenues 24 à 48h avant le traitement en bloquant le développement du champignon. Il faut rapprocher les fréquences des traitements et selon la pousse repasser tous les 5 jours ». Les conditions météorologiques limitent les périodes d'intervention dans les parcelles. La lutte s'annonce très difficile.
Carole David





Tour d'horizon breton
Dans le Finistère, la pression est très forte en zone légumière au nord où le mildiou s'est fortement installé très tôt en saison sur les cultures de primeurs sous bâche. Depuis 10 jours, sur tout le Finistère nord, de nombreux départs de mildiou sont observés sur des jeunes plants, en croissance active. Sur le Trégor et sur le secteur de St Malo, le parasite évolue. Dans le secteur de Pontivy et sud Bretagne, l'apparition est récente mais rapide. En agriculture biologique, certaines parcelles vont certainement être détruites. Seules quelques variétés moins sensibles au mildiou résistent.



Retour Sommaire
Date de l'article : semaine du N° du 13 au 19 Juillet 2012
Imprimer l'article Imprimer l'article



Les lapins de la vallée du Scorff cherchent de nouveaux maîtres





Dossiers Paysan Breton
Chiffres clés de l'agriculture bretonne
Contact
Abonnez-vous à
Paysan Breton
Recherchez une
petite annonce
Déposez une
petite annonce
Déposez une
annonce légale


(+ de 15352 depuis 1997)